Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cour Européenne des Droits de l’Homme – CEDH

Cour Européenne des droits de l’homme
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) est une juridiction internationale instituée en 1959 et compétente pour statuer sur des requêtes individuelles ou étatiques alléguant des violations des droits civils et politiques énoncés par la Convention européenne des Droits de l’homme de 1950 (https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf) et/ou par la Convention Internationale des droits de l’enfant de 1989 (https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/Conv_Droit_Enfant.pdf).

Elle peut être saisie directement par un particulier, personne physique, à titre individuel.

Composée d’un nombre de juges égal à celui des états parties à la Convention (47 à ce jour), elle siège à Strasbourg.

Filtrer par thématiques
Thémes
Filtrer par thématiques

GPA : l’engrenage de la CEDH (G. Puppinck Figarovox))

Pour Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur du European Centre for Law and Justice, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) impose progressivement la gestation pour autrui (GPA)...

Déclin de l’adoption internationale : «Les demandes de gestation pour autrui vont se développer»

C’est ce qu’analyse Jean-François Mignot, chercheur au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne… INTERVIEW ​de 20minutes.fr Etude INED complète en pdf En 2013, il y a...

GPA : la CEDH accumule les contradictions

Le 27 janvier 2015, la cour européenne a condamné l’Italie dans une nouvelle affaire de GPA. Un couple italien avait obtenu –acheté– un enfant issu d’une GPA en Russie, l’enfant...

GPA : derrière les droits de l’homme, l’exploitation (G. Puppinck)

« La GPA, c’est altruiste, généreux, honnête et bienveillant : cela permet à des couples tristes de fonder des familles heureuse ; et une fois que les enfants existent, il...

La Cour européenne des droits de l’homme au mépris des droits de l’enfant

La Cour européenne des droits de l’homme condamne aujourd’hui la France parce que la justice française refuse de transcrire, sur les registres français d’état civil, les actes de naissance étrangers...

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé(e)