Les enfants de France ont beaucoup de chance, car ils vont à l’école. Non seulement ils peuvent, mais ils doivent aller à l’école car l’instruction est obligatoire. Les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, ont la liberté de choisir l’établissement de leur choix pour assurer l’instruction de leurs enfants et, le plus souvent, la collaboration entre les parents et l’établissement se fera de façon harmonieuse pour le plus grand bien des enfants.

Pourtant, il est possible que des difficultés apparaissent dans les relations entre les familles et l’école. L’association Juristes pour l’enfance, afin de permettre aux parents d’exercer pleinement leur responsabilité de premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, lance sur son site internet une série de fiches écoles.

Présentation en vidéo des « Fiches école » par Olivia Sarton et Aude Mirkovic

Des « Fiches école », pour quoi faire?

Ces fiches abordent des points potentiellement conflictuels entre les parents et l’école, dans un double objectif :

– prévenir les conflits en informant sur les droits, devoirs et statuts respectifs de chacun : élèves, parents, membres de la communauté éducative. Nous informons les parents sur la possibilité qu’ils ont de s’investir dans l’école et le projet éducatif, ce qui est une façon constructive d’intervenir. L’idée n’est pas seulement de râler quand quelque chose ne va pas, il est aussi possible de s’engager pour que les choses aillent bien. Par exemple, si vous êtes le parent qui vient chaque semaine raconter une histoire dans la classe de votre enfant, vous n’aurez pas à déplorer un choix de lecture peu judicieux d’autrui.

– si des conflits devaient survenir, donner des clés pour les résoudre et en sortir par le haut, pour le bien des enfants. Il ne s’agit pas de s’en prendre à un professeur ou un établissement, même en cas de dysfonctionnement, mais de donner des pistes pour que les incidents qui surviennent puissent être réparés, et que, si possible, même des évènements regrettables puissent déboucher sur quelque chose de constructif, déjà en évitant qu’avenir ils ne se reproduisent.

Quel genre d’incident sont concernés ?

Par exemple, il peut arriver qu’un professeur emmène en sortie scolaire des jeunes voir un spectacle et que les parent découvrent, en entendant leur enfant raconter sa journée, que ce spectacle était tout à fait inadapté ou même en contradiction avec les valeurs qu’ils souhaitent transmettre à leur enfant.

Ou encore, un enfant peut être victime de harcèlement, de la part d’autres élèves mais aussi d’un professeur.

Ou bien, un professeur reçoit en confidence d’un élève une information, grave, concernant un autre élève : une tendance suicidaire, un délit qu’il prémédite de commettre, une consommation de drogue etc. Ce professeur peut se trouver démuni : que doit-il faire de cette information ? Doit-il informer les parents de l’élève, les autorités, lesquelles ?

Intervenir auprès des professeurs ou parler avec son enfant ?

Parler avec son fils ou sa fille est le plus important. Parler avec son enfant, lui donner des éléments pour exercer son esprit critique, se faire sa propre idée y compris en présence d’une lecture ou d’un spectacle proposé par un professeur, réparer parfois ce qui a pu être abîmé en lui par cette lecture ou cette sortie, lui redonner confiance s’il a été mis en difficulté devant les autres etc.

Mais intervenir auprès du professeur ou de l’établissement est également nécessaire : d’abord, cela envoie un message fort au jeune, qui se sent pris au sérieux et qui comprend que l’affaire est sérieuse lorsqu’il voit ses parents intervenir.

Si les parents parlent avec leur enfant de la pièce vue en sortie scolaire, expliquent en quoi ils ne sont pas d’accord avec les idées qu’elle promeut, c’est très bien.

Mais si le jeune voit son père prendre RDV avec le professeur, la portée de cette conversation sera décuplée et l’enfant prendra bien plus au sérieux les raisons exposées par ses parents : pas seulement de belles paroles, mais des raisons qui passent à l’acte.

Ensuite, intervenir auprès du professeur permettra souvent à ce dernier de réaliser l’impact sur les jeunes de ce spectacle, qu’il avait peut-être sous-estimé. L’immense majorité des professeurs cherche à bien faire et, parfois, une simple conversation suffira pour se mettre d’accord sur des contenu plus adaptés aux élèves concernés.

Même si le professeur n’est pas convaincu, il sera plus prudent par la suite.

Dans tous les cas, la démarche des parents profitera aux autres jeunes de la classe et de ceux des années suivantes.

En faisant respecter la pudeur de leur enfant, son innocence, son enfance, un père ou une mère font profiter toute l’école de leur démarche, et finalement c’est une manière d’œuvrer pour le bien de la société entière.

Découvrez la première fiche JPE:

Fiche école n°1 – L’école et le respect dû aux enfants et aux familles